Voila qui justifie nos remarques à propos de l'audit, que nous écrivions dans le n°1 de juin 2014 : 1) Pas de coupes dans les dépenses publique ; 2) Poursuite des banques qui ont floué les collectivités

Troisième constat : La ville ne s'en sort pas. Il manque 3M€ pour clore le budget 2014. 4 M€ pour celui de 2015 et 6M€ pour 2016. Résultat : "la ville vend des biens dans un premier temps" nous dit l'élu et quand le journaliste insiste : "nous n'écartons aucune hypothèse. Y compris l'augmentation de la pression fiscale" nous dit penaud le 2e adjoint, envoyant un ballon d'essai, avant le Conseil Municipal du 29/09. Le maire, M DANTIN s'était engagé à ne pas augmenter les impôts mais... "la faute repose sur le gouvernement qui a baissé la dotation globale de fonctionnement des communes", nous dit encore l'adjoint... se déclarant "libéral".

Pour un "Social-libéral" comme pour un "libéral", une chose est en tout cas sûre : il est plus facile de s'en prendre aux citoyens qu'à la finance... La preuve : en 2011, une commission d'enquête parlementaire dénonçait les banques et réclamait un blocage du plafond des taux d'intérêts, afin de faire payer les banques. Aujourd'hui, avec la loi du 29/07/2014, un fond de soutien aux collectivités est créé avec nos impôts... en échange de l'abandon des procédures judiciaires contre les banques!!!

Ce n'est pas faute d'avoir prévenu les élus en mars 2013, quand l'élu d'opposition de gauche siégeait au Conseil, tandis que d'autres pouffaient... Cela renforce notre idée : la crise c'est eux, la solution c'est nous !!!