Pour nous, il s'agit de dénoncer la suppression d'un ha de jardins cultivés depuis des dizaines d'années, comme nous l'avons fait lors de la manifestation en juin, rassemblant des associations et des organisations politiques.

Pour cette raison, nous soutiendrons l'association "jardinons la ville" qui a fait de ce lieu un espoir :

  • faire vivre ensemble de personnes différentes

  • faire partager une production abondante de légumes et fruits parfois redisdribuée gratuitement à des habitants

  • faire vivre un choix de vie écologique pour la ville.

Mais c'est aussi de dénoncer des projets inutiles :

  • parce qu'ils engraissent les sociétés immobilières, dont nous connaissons la rapacité pour endetter la ville (voir les contrats des parkings et autre Phare).

  • parce que ces projets sont déconnectés de la réalité des besoins. Combien de mêtres carré de bureaux vides actuellement à Chambéry et autour de la ville ? Sommes-nous en pleine expansion pour justifier de tels travaux ?

Relançons le débat de l'avenir de ce quartier avec les chambériens, des architectes, pour imaginer une autre alternative.