Durant la campagne des municipales, nous avions dénoncé les emprunts toxiques qui permettaient aux banques de détourner impunément dans leurs propres caisses l'argent public. Un an après, alors que les faits nous ont donné raison, nous diffusons un tract sur les finances et le budget municipaux pour montrer comment la ville pourrait sortir de la finance et effectuer les choix qui lui permettraient de prioriser les besoins sociaux plutôt que d'arroser les banques et les grands groupes qui gèrent ses services publics.